ABC Livres d'art Canada

Musée régional de Rimouski






MUSÉE RÉGIONAL DE RIMOUSKI


Mathieu Beauséjour : La révolte de l’imagination / The Revolt of The Imagination
Andréanne Roy, Robin Simpson, Sonia Pelletier & Mathieu Beauséjour

mbeausejour.jpgspacer.gifCe survol de plus de 20 ans de carrière de l’artiste montréalais présente une démarche artistique où des préoccupations politiques et sociales, esthétiques et poétiques sont intimement imbriquées. Les textes originaux mettent en lumière l’engagement sans cesse renouvelé de l’artiste envers des valeurs anticapitalistes et libertaires, en révélant comment celles-ci s’incarnent dans une recherche artistique en constant développement, évoluant parfois au gré de déplacements subtils, parfois au gré de tournants plus marqués. Le dialogue des différents corpus permet ainsi de dégager le mouvement général d’une pratique où des œuvres polysémiques, loin d’être subordonnées à l’exigence d’un propos politique univoque et utilitaire, joignent à une posture révolutionnaire et romantique un regard ironique sur les avant-gardes politiques et artistiques. Mathieu Beauséjour apparaît ainsi telle une figure anachronique dans le milieu de l’art actuel, abordant des questions d’ordre macropolitique avec une inventivité formelle et conceptuelle où la révolte semble avant tout portée par l’imaginaire. Mathieu Beauséjour a participé à de nombreuses expositions, notamment, La Beauté du geste au Musée d'art contemporain de Montréal ainsi qu'à La Triennale du Québec 201l. Andréanne Roy est l’auteure des monographies sur Jean-Paul Riopelle (Musée régional de Rimouski) et Marc Séguin (Musée d’art contemporain des Laurentides). Robin Simpson a contribué à plusieurs publications, notamment Oh, Canada (MIT Press). Sonia Pelletier est critique d'art et commissaire indépendante. En français et anglais.

Aesthetic and poetic concerns driven by political and social engagement are at the heart of Mathieu Beauséjour’s artistic practice. Working from a position of resistance, the Montreal-based artist employs a wide range of techniques - notably installation, performance, and printing - so as to overturn concepts of power, alienation, and oppression. His most emblematic works employ cultural symbols such as currency, anthems and manifestos to comment on historical or current events: Kings and Queens of Quebec (2008) is an ironic twist on the portraits of British rulers that adorn Canadian money, and the installation Icarus (2009), an elaborate allegory of the fall of Capitalism. This first career monograph highlights more than two decades of a practice that is characterized - not by unequivocal political views - but by a revolutionary, romantic stance where macro-political issues are treated with a formal and conceptual ingenuity that make the revolt, first and foremost, that of the imagination. Mathieu Beauséjour’s work has been featured in several exhibitions, notably the Musée d’art contemporain de Montréal’s La Beauté du geste/The Grace of a Gesture (2014), and The Quebec Triennial of 2011. His work can be found in numerous public and private collections. Andréanne Roy is an independent curator and author of several monographs on, notably, Jean-Paul Riopelle and Marc Séguin. Robin Simpson is a curator and contributing author to several publications notably Oh, Canada (MIT Press, 2012). Sonia Pelletier is an art critique and independent curator. In English and French.

Musée régional de Rimouski (04/2015) 136 pp ill. coul. 28 x 21 cm souple / softcover   9782923525525   35,00 $








Emanuel Licha: Prendre pose / Striking a Pose

Marie-Hélène Leblanc, Andréanne Roy & Tina Di Carlo

licha.jpgspacer.gifL’artiste franco-canadien Emanuel Licha attire depuis plusieurs années notre attention sur la fabrication des images et la construction des récits médiatiques. Cette publication réunie des photographies et des installations vidéo qui abordent ces questions en traitant du tourisme de guerre et des dispositifs de simulation voués à l’entraînement des forces militaires. Des sujets qui soulèvent en eux-mêmes une réflexion sur la frontière parfois ténue entre le réel et le fictionnel. Parmi les œuves élucidées sont War Tourist (2004-2008) qui présente des captations vidéo réalisées par un touriste de guerre générique incarné par l’artiste; R for Real (2008) qui présente un dispositif scénographique où la gendarmerie française se prépare à combattre d’éventuelles émeutes: et, Mirages (2011), dont l’action se situe dans un camp d’entrainement américain reproduisant un faubourg de Bagdad. Les auteurs explorent les stratégies mises en place par l’artiste afin d’opérer une déconstruction des récits médiatiques en convoquant simultanément plusieurs niveaux de réalité. Né à Montréal, Emanuel Licha vit et travaille en France où il est enseignant à l’École nationale supérieure d’architecture de Paris à la Villette. Il est également membre de Centre for Reseach Architecture à Goldsmiths College à Londres. Parmi ces lieux d’exposition on y trouve MACMA (Barcelone), NGBK (Berlin), Musée d’art contemporain de Montréal, et Musée d’art moderne de la ville de Paris. En français et anglais.


Best known for his provocative War Tourist series, Emanuel Licha has built a reputation for constructing images that blur the line between real and simulated military conflict. His films, videos and photographs operate as real-life tours of battle-stricken areas, investigating how traumatic and violent events are looked at and are shown. Works featuring a mock Iraqi village set up by the American army in the Mohave desert and now operated by Hollywood professionals, or a French military unit that plays both sides in a simulated conflict encourage us to question the images of war that incessantly invade our lives. This career overview looks at major installations including Mirages (2011), R for Real (2008) and War Tourist (2004-2008). Born in Montréal, Emanuel Licha lives in Paris where he is associate Professor at the École nationale supérieure d’architecture de Paris-La Villette. He is a member of the Centre for research architecture, Goldsmiths College, University of London. Recent exhibitions of Licha’s work have been held at MACBA (Barcelona), NGBK (Berlin), Art Gallery of Ontario (Toronto), Parsons New School for Design (New York), Witte de With Centre for Contemporary Art (Rotterdam), and Musée d’art moderne de la ville de Paris.

Musée régional de Rimouski (06/2014) 54 pp 34 ill. coul. 25 x 18 cm souple/softcover  9782923525488  25,00$




Riopelle à Saint-Fabien-sur-Mer 1944-1945 : Les années charnières

Andréanne Roy

riopelle44.jpgspacer.gif« Paysagiste » au sens traditionnel du terme, Riopelle ne le sera peut-être jamais tant qu’en ses années de formation, notamment en 1944 et 1945, alors qu’il peint une série de petits tableaux lors de vacances estivales à Saint-Fabien-sur-Mer. Héritier d’une tradition académique de la peinture, dont il a reçu une formation précoce, Riopelle a bien assimilé les préceptes de cet enseignement lorsqu’il peint sur le motif ces paysages bas-laurentiens. Cependant, sa peinture tend alors à évoluer au contact de nouvelles influences qui modifient peu à peu sa conception de la pratique picturale, transformant notamment son rapport à la tradition et à l’imitation de la nature. Cette période charnière, où l’artiste délaisse progressivement les règles de la figuration classique au profit d’une touche plus libre et spontanée menant vers ses premières expérimentations non figuratives - et plus particulièrement le corpus Saint-Fabien-sur-Mer - est le sujet d’étude de cette publication.

Musée régional de Rimouski (09/2013) 48 pp ill. coul. 9.5 x 10.5 po souple 978-2-923525-44-0  20,00$







 

Alan Storey : Art public, machines ludiques / Public Art, Playful Machines
Marie Perreault

Storey.gifspacer.gifDepuis plus de vingt ans, la pratique d’Alan Storey nourrit simultanément une production pour exposition en galerie et la réalisation d’oeuvres de commande pour l’espace public. Son travail s’articule autour de la réalisation de machines agissant comme autant d’instruments liés à notre quotidien et révélant les dispositifs qui le conditionnent. Multiforme, la pratique d’Alan Storey pose un défi à sa présentation muséologique. Ses oeuvres de commande ont peu été présentées en conjonction avec ses oeuvres de galerie, bien que ces deux corpus soient interreliés. Ce catalogue d’exposition comble cette lacune en présentant des oeuvres originales, des maquettes et des photographies liées à des projets dans des lieux publics, en plus des dessins produits par des machines imaginées par l’artiste. Alan Storey est né en Colombie-Britannique. Il est reconnu pour son remarquable travail de sculptures publiques en interaction avec l’architecture et l’espace public dont son énorme Pendulum qui domine plusieurs étages de l’édifice de la banque HSBC de Vancouver.


For the past twenty years the Canadian artist has built a singular reputation based on the creation of his ingenious drawing machines: individually realized mechanisms that insert themselves into specific environments and record traces of human activity. In reality Storey has maintained two simultaneous artistic productions: works produced for gallery exhibition, and commissioned public works. Rarely have these two types of work been considered together. This publication fills that gap by presenting original works, prototypes and photographs of public works as well as drawings produced by the machines. Alan Story has exhibited widely and is known for his public works, notably Pendulum which dominates the HSBC building in Vancouver.

Musée régional de Rimouski (06/2012) 60 pp 35 ill. 25 x 20 cm souple / softcover  978-2-923525-36-5   20.00$






Bertrand Carrière : Après Strand 

Bertrand Carrière, Bernard Lamarche, Franck Michel, Alexander Reford

carriere.gifspacer.gifMarchant dans les pas du photographe américain Paul Strand, qui a photographié la Gaspésie en 1929 et en 1936, Bertrand Carrière propose un regard sur le territoire, sans fard et loin des images classiques de la Gaspésie. Il a cherché à déceler les mutations du paysage survenues dans cet écart de quatre-vingts ans et à s’imprégner de l’esprit qui animait Strand jadis. À travers une quarantaine d’images, Carrière révele les transformations de la société et du paysage gaspésiens. En juillet 2002 Bertrand Carrière réalise un vaste projet installation photographique, Jubilee, où il pose 913 portraits sur la plage de Dieppe, en France. En 2004, il réalise 913, un film documentaire sur ce sujet. En 2005, il reçoit le Prix de la création en région du CALQ pour la Montérégie. En français et anglais.

Tracing the steps of the iconic American photographer Paul Strand, who photographed Québec’s Gaspé region in 1929 and again in 1938, contemporary photographer Bertrand Carrière revisits both the artist and the land. This new series of photographs, some with the same views as Strand, testifies to the profound transformation of what was once a remote territory of fishing villages. The fishing industry is dead, the cod shacks are gone and the older fishermen have sold their licenses. Far from evoking classic views tinged with nostalgia, Carrière's photographs are documentary works about territory, people and landscapes. Bertrand Carrière, whose work has appeared in numerous publications, has exhibited across Canada and Europe. In English and French.

Musée régional de Rimouski (10/2011) 88 pp 40 ill. 23 x 23 cm souple / softcover  978-2-923525-31-0  $25.00

 




Éliane Excoffier : Bilan 1996-2008
Bernard Lamarche
 
excoffier.gifspacer.gifCette première monographie sur le travail photographique de l’artiste Montréalaise présente l’essentiel des séries photographies créées entre 1996 et 2008. L’essai retrace les liens de la production de l’artiste avec l’histoire de la pratique photographique et se penche sur la fascination qu’exerce la cuisine photographique sur Excoffier, équivalent des pratiques d’atelier en peinture. L’artiste propose une étonnante rhétorique du transitoire à travers des prises de vues du corps féminin. Publiée en collaboration avec la Galerie Simon Blais et Stephen Bulger Gallery. En français et en anglais.


Eliane Excoffier’s photographic practice, presented here in is entirety for the first time, focuses on the female body. Through various non-digital manipulations of the image she has created an iconography that revives specific episodes in the history of photography. References to spirit photography, to Victorian erotica and to the work of key figures such as Eadweard Muybridge and Irving Penn imbue her work. Excoffier’s use of pinhole cameras and old cameras such as the Kiev 60 and the Autographic Kodak reinforce this retrospective dynamic in a work which is otherwise profoundly intimate and contemporary. Published with the Stephen Bulger Gallery and Galerie Simon Blais. In English and French.

Musée régional de Rimouski (06/2011) 104 pp 52 ill. n&b 26 x 19 cm (semi-rigide / flexicover)  978-2-923525-30-3  $25.00






Gwenaël Bélanger : Casser l’image / Fragmenting the Image

Mélanie Boucher, Bernard Lamarche, Yann Pocreau

Belanger.gifspacer.gifArtiste montréalais originaire de Rimouski, Gwenaël Bélanger repousse depuis une dizaine d’années les limites du hors champ en questionnant le statut de l’image. Par l’entremise d’une observation attentive et critique de ce qui fait image dans le quotidien, l’artiste exploite les limites de la perception du réel à travers des procédés graphiques et photographiques. Tel un anthropologue, il s’intéresse au contenu polysémique de l’image médiatisée et de l’objet culturel. L’imagerie aussi bien que les dispositifs mis en place par l’artiste répondent par une certaine dérision à une observation sensible de notre société de la vitesse et de l’hyperconsommation. Cette première monographie témoigne d’une exposition bilan présentée à travers le pays. Gwenaël Bélanger a participé à un grand nombre d’expositions notamment au Musée d’art contemporain de Montréal et au Musée national des beaux-arts du Québec. Publié avec Expression. En français et en anglais.


Gwenaël Bélanger’s artistic practice is marked by an absolute quest for the inherent simplicity of things and the Montreal-based artist draws inspiration from the most mundane reality to create his works. Playing with the limits of perception, he uses graphic and photographic processes to exploit the interaction between what we see and what we imagine, or what we recall, in our daily activities. Like an anthropologist of images, he is interested as much in the media image as in the cultural object, both of which carry and convey connotations, denotations and references. The publication’s subtitle refers to a key work wherein a camera placed at the centre of a room furiuosly revolves upon itself when suddenly a multitude of mirrors comes crashing to the ground only to just as quickly disappear. This publication is a first career overview of the young artist and accompanies a nationally touring exhibition. Published with Expression. In English and French.

Musée régional de Rimouski (05/2011) 96 pp 30 ill. 27. 5 x 21 cm  rigide / hardcover   978-2-922326-72-7   $25.00





Nicolas Baier : Paréidolies / Pareidolias

Bernard Lamarche, David Liss, Nicolas Baier

nbaierpareidolies.gifspacer.gifPublication d’une exposition construite autour d’une œuvre monumentale intitulée Vanités. Faite de l’image numérisée de dizaines de miroirs abîmés, cette œuvre imposante ouvre une brèche dans le regard, invité à s’y projeter, mais ne retourne forcément aucune image, mis à part ce que le spectateur y trouvera. Cette pièce centrale est accompagnée de paysages altérés par l’artiste. Ces manipulations donnent lieu à des nocturnes menaçantes dont les détails se confondent avec la tache. Encore une fois, Nicolas Baier encourage l’apparition de formes précises à partir de sensations vagues. Cette publication, co-éditée avec le Musée national des beaux-arts du Québec et le Museum of Contemporary Canadian Art, accompagne une exposition itinérante nationale. En français et anglais.

Since the early 1990s, Montreal artist Nicolas Baier has been challenging photographic convention with his elaborately constructed digital imagery. This publication features a selection of large photographic works that represent the artist’s most recent production: digitalized images of mirrors. Pareidolias refers to the perceptual game of ascribing a shape or form with meaning despite the absence of any precise correlation. Within the context of the pareidolia phenomenon, Baier’s works entice viewers with aesthetically seductive surfaces and non-iconic imagery to engage our perceptual faculties in search for meaning. Illustrated with dozens of plates and fold-outs. Co-published with the Museum of Contemporary Canadian Art and the Musée national des beaux-arts du Québec, this publication documents a nationally touring exhibition. In English and French.

Musée régional de Rimouski (02/2010) 108 pp 27 x 24 cm rigide / hardcover 978-2-923525-17-4  $30.00






La photographie hantée par la photographie spirite
Bernard Lamarche et Pierre Rannou
photohantee.gifspacer.gifUne dimension de l’histoire de la photographie à laquelle il est donné de plus en plus d’importance concerne la capacité qu’aurait la photographie à voir l’invisible. Un épisode fondateur de cette hypothèse remonte à la fin du XIXe siècle, celui de la photographie spirite. Quelques artistes, dans les dernières années, sont revenus sur cette pratique comme pour réaffirmer des liens forts avec le monde spirituel et maintenir le fait que la photographie ne sert pas seulement à témoigner de la réalité matérielle, mais qu’elle est aussi capable de figurer l’invisible. Un ensemble d’œuvres d’artistes québécois, notamment Serge Clément, Sorel Cohen, Denis Farley, Marie-Jeanne Musiol, Richard-Max Tremblay et Éliane Excoffier, permet d’exposer la preuve que la photographie continue à faire voir des fantômes. En français et anglais.

Spirit photography, or the ability to photograph spiritual entities, was an integral part of the development of photography and is most identified with the late 19th century. Today, artists are returning to this practice in order to show that photography attests not only to the visible but to the invisible world. This publication, accompanied by the work of a wide range of Quebec artists - including Serge Clément, Sorel Cohen, Denis Farley, Marie-Jeanne Musiol, Richard-Max Tremblay and Éliane Excoffier - seeks to show that photography can still make ghosts appear before our very eyes. In English and French.

Musée régional de Rimouski (11/2009) 108 pp 19 x 21.5 cm rigide/hardcover 978-2-923525-18-1 $25.00





Lynne Marsh

Bernard Lamarche et Lesley Johnstone

Cette publication présente trois importantes installations vidéo : Camera Opera (2008), Stadium-Final Cut (2008) et Ballroom (2004). Ces trois œuvres constituent un ensemble cohérent où sont explorés l’inscription du corps dans des environnements architecturaux codifiés, le féminin dans des espaces théâtraux, de même que les frontières floues entre réel et virtuel, matériel et fantasmatique. Tournée sur le plateau d’une émission d’actualité à Berlin, dans l’Olympiastadion récemment rénové à Berlin et au Rivoli Ballroom à South London, chaque œuvre, grâce à un travail précis de la caméra et à une trame sonore particulière, démontre la maîtrise de l’artiste. Lynne Marsh est connue pour ses projections vidéo en boucle et pour ses installations spectaculaires. Elle enseigne à l’université de Hertfordshire en Angleterre. En français et anglais.


Publication documenting three major video installations: Camera Opera (2008), Stadium-Final Cut (2008), and Ballroom (2004). These works constitute a coherent grouping which explores the inscription of the body in codified architectural environments, the feminine within performative spaces, and the blurred boundaries between the real and virtual, the physical and fantasy. Shot on location on the set of a current affairs television program in Berlin, in the recently renovated Olympiastadion in Berlin, and in the Rivoli Ballroom in South London, each work, through precise camera work and soundtracks, demonstrates Marsh’s mastery of her medium. Lynne Marsh is well-known for her looped video projections and her spectacular installations. She currently teaches at the University of Hertfordshire, England. In English and French.

Musée régional de Rimouski / Musée d’art contemporain de Montréal (2008) 64 pp ill. 10 x 8 po/in souple/softcover 978-2-923525-15-0 $25.00


Faire Figures : Michel Saulnier, œuvres 1982-2007
Lise Lamarche et Franck Michel

Michel Saulnier s'inscrit comme une figure importante de l'histoire récente des arts visuels québécois. Il s'inspire très librement de l'art populaire et s'intéresse particulièrement au travail du bois et à ses qualités. Très sensible à son environnement immédiat, Saulnier se laisse imprégner par les gens, les paysages et la culture qui l'entourent racontant ainsi et avant tout des histoires, fragments de vie ou de paysages, réels ou imaginaires. Avec une entrevue avec l’artiste. En français et anglais.


Michel Saulnier has developed a singular sculptural practice over twenty-five years. Freely inspired by popular culture and folklore, he is particularly interested in the various qualities of wood. Reflecting a strong rural identity, Saulnier’s work is infused with his immediate environment and the people and the animals that inhabit it. His lifelong preoccupation with the form of the bear reveals myriad associations, from familiar fables to personal mythologies. With an interview with the artist. In English and French.

Musée régional de Rimouski (06/2008) 96 pp ill. coul. 27 x 20 cm 978-2-923525-11-2 $19.95



Alain Benoit : Tenir Gros
Bernard Lamarche et Emmanuel Latreille

Cette première monographie consacrée à la pratique artistique d’Alain Benoit couvre un cycle entier de huit années de production autour du motif d’un homme obèse. Les essais montrent comment les travaux de l’artiste sont en lien avec l’histoire de la statuaire et analysent la manière qu’a l’artiste de rendre hommage à son modèle par les moyens de la sculpture. Alain Benoit a notamment exposé au Musée d’art contemporain de Montréal. Son travail a fait partie de l’exposition Chauffe, Marcel ! au Frac Languedoc-Roussillon, qui organise, à l’été 2008, La Dégelée Rabelais, qui présente les plus récents travaux de l’artiste. Publiée en collaboration avec le FRAC Languedoc-Roussillon et le Creux de l’enfer, centre d’art contemporain, France. En français et anglais.


This first monograph devoted the Montreal-based artist covers an eight year cycle during which Benoit created an extraordinary diverse œuvre around one central theme, that of the Fat Man. This one thematic is explored through video, installation, painting and particularly sculpture. Essays look at Benoit’s practice especially as it distinguishes itself from work of other artists concerned with hyper-realistic representation, such as Ron Mueck. Alain Benoit has exhibited throught Canada and France and this publication is produced in collaboration with two French contemporary art centres, FRAC Languedoc-Roussillon and Le Creux de l’enfer. In English and French.

Musée régional de Rimouski (04/2008) 96 pp ill. coul. 29 x 22 cm couverture rigide 978-2-923525-00-6 $30.00



Dominique Blain : Elsie, une œuvre-hommage / Elsie, A Tribute
Jocelyne Fortin, Alexander Reford, Karine Hébert & Dominique Blain

Dominique Blain a réalisé, aux Jardins de Métis, une œuvre dédiée à Elsie Reford (1872-1967). Cette oeuvre-hommage perpétue la mémoire de la fondatrice des Jardins de Métis en disposant, dans les jardins historiques, une installation composée de sept sculptures rappelant d'anciennes lunettes d'approche à un seul système optique. Ces sculptures suggèrent les premières longues-vues d'explorateurs ou encore celles que l'on voit aujourd'hui sur plusieurs belvédères. L'imitation d'un appareil optique ne sert pas à rapprocher un panorama ou à le rendre plus net, il cherche plutôt à transcender la réalité en montrant des images appartenant au passé dans le contexte du moment présent. Les lentilles ont été remplacées par des photomontages sur verre permettant aux visiteurs d'observer Elsie Reford dans ses jardins à diverses époques de sa vie. En français et en anglais.

spacerDominique Blain has created a permanent sculptural grouping for one of North America's most celebrated gardens. Les Jardins de Métis were begun in the 1920s by Elsie Reford along the banks of the St. Lawrence River. The gardens reflect a bold inventiveness since they are located near the 49th parallel and yet display thousands of varieties of flowers, many developed especially for the climate. Blain's sculptures recall coin-operated binoculars that, instead of bringing the view closer to the viewer, transform the view from the present to the past. The lenses have been replaced with glass photomontages created from photographs from family archives. The visitor explores not only the garden of today but the garden, and the gardener, of years past. Essays documents various facets of the project, including Dominique Blain's artistic practice and Elsie Reford's contribution to the society of her time. In English and French.

Musée régional de Rimouski (07/2007) 95 pp 60 ill (20 coul.) 24 x 17 cm 978-2-920367-89-0 $19.95