Sullivan.jpg


FRANCOISE SULLIVAN : TRAJECTOIRES RESPLENDISSANTES

Louise Déry et Françoise Sullivan

Galerie de l'UQAM
240 pp ill. coul. 27.5 x 21 cm rigide  
9782920325654
40,00 $
décembre 2017
Françoise Sullivan a créé, depuis les années quarante, une œuvre volumineuse et vibrante d’une remarquable persistance et d’une inventivité sans cesse reconduite, demeurant fidèle aux principes de liberté et d’engagement de ses premières années au sein du mouvement automatiste. Inspirée par les grandes traditions mythologiques européennes et autochtones, passionnée d’art et de poésie et marquée par ses séjours à New York, en Italie, en Irlande et en Grèce, elle n’a eu de cesse d’expérimenter avec une curiosité sans limites la forme et la couleur, le geste et le mouvement, la figure et l’abstraction, tout autant en sculpture, en performance, en danse et en photographie que, de façon déterminante, en peinture. Les trajectoires de Françoise Sullivan, si resplendissantes et combien libérantes, selon le mot de Borduas, éclairent notre histoire récente autant qu’elles participent de l’instant présent. Aux oeuvres et documents exposés cette publication contient un essai qui remonte le cours des trajectoires multiples de l’artiste. Enfin, cet ouvrage de référence rassemble pour la première fois plusieurs écrits de Françoise Sullivan, dont certains sont inédits. Celle qui, encore aujourd’hui, se rend travailler tous les jours dans l’atelier et continue de penser et de se penser dans l’art et par l’art, nous convie à cette relation vitale entre l’œuvre, la mémoire et le monde qui nous entoure. En français et anglais.

Françoise Sullivan est née à Montréal, où elle a reçu sa formation première à l’École des beaux-arts. Elle fut l'une des membres fondateur du groupe des Automatistes et signataire du Refus global. Paul-Émile Borduas inclura d'ailleurs au manifeste révolutionnaire de 1948, le texte intégral de la célèbre conférence de Mme Sullivan, La danse et l'espoir. Ses œuvres ont régulièrement été présentées dans des expositions individuelles et collectives, notamment au Musée national des beaux-arts du Québec, en 1993, et au Musée des beaux-arts de Montréal, en 2003.